Vous êtes ici : Accueil > Boite à outils > Ressources pour se former > Créer ou recréer le lien éducatif
Publié : 23 février 2015

Créer ou recréer le lien éducatif

Un colloque organisé par SupAgro Florac en juillet 2011.

Vis à vis des élèves que nous trouvons difficiles, quelles sont les évolutions de notre regard et de nos postures éducatives susceptibles d’amener des améliorations ? Pourquoi avons-nous des difficultés à réaliser ces évolutions ? Quels sont les leviers et les éléments facilitant ces évolutions ?

- Plaisir et refus d’apprendre, joie et violence d’enseigner : responsabilités d’aujourd’hui
par Mireille Cifali , PU en Sciences de l’Éducation - Université de Genève.
Le postulat de M. Civali est que notre lien à l’autre peut parfois contribuer à la difficulté scolaire , et que ce lien peut aussi contribuer au dépassement de cette difficulté . Pour grandir, apprendre, se former, les humains ont besoin de la relation à un autre humain et la qualité de cette relation a donc à voir avec la possibilité de se raccrocher au savoir scolaire.
M. Civali interroge la relation à l’autre à travers trois questions : de quoi est-elle faite, quels en sont les protagonistes et que faut-il éviter ?
Visionner la conférence

- Lien éducatif et situations d’apprentissages
par Patrick Mayen , PU en Didactique professionnelle - Agrosup Dijon.
Les situations professionnelles amènent les élèves dans un environnement nouveau qui semble propice à la réorganisation de leur configuration de vie et de leur engagement dans les apprentissages (cf. Vygotski) . Encore faut-il faut que les promesses qui leur ont été faites par l’institution soient tenues.
Il découle de cela que de façon très générale et pour toutes les disciplines, on peut s’interroger sur les modalités possibles d’organisation de l’environnement, par exemple, comme un espace d’atelier ?
Visionner la conférence, avec un lien vers la prise de note en direct.

- En clôture de ce colloque, Philippe Perrenoud explique que l’enjeu n’est pas de (re)créer un lien, mais de le rendre favorable aux apprentissages. Une relation « positive » ne suffit pas à faire apprendre : c’est une condition nécessaire qui doit être intégrée dans une stratégie systémique.

Alors pourquoi les enseignants ne parviennent-ils toujours pas à instaurer une relation positive ?
Philippe Perrenoud visite plusieurs hypothèses (1. Investissement trop faible ou épisodique. 2. Barrières et défenses identitaires. 3. Coexistence de paradigmes contradictoires, confusion. 4. Manque de clés d’interprétation. 5. Manque d’audace. 6. Manque d’outils d’intervention et de régulation. 7. Sous-estimation du collectif et de l’institution. 8. Manque d’autonomie et de soutien institutionnel. 9. Division du travail aberrante. 10. Images simplistes du métier.)
Consulter le diaporama de la conférence de clôture de Philippe Perrenoud, PU en Sciences de l’Éducation - Université de Genève.