Vous êtes ici : Accueil > Boite à outils > Actions repérées au niveau national > Top 5 des candidatures - Climat scolaire
Publié : 24 mars 2015

Top 5 des candidatures - Climat scolaire

Journée de l’innovation 2015

Ouvrir l’École aux Parents : du face à face au coude à coude
Ecole primaire Jean Moulin, Nîmes, académie de Montpellier
Auteur : Johann Mouysset - Mél : johann.mouysset@ac-montpellier.fr
Consulter la fiche sur Expérithèque...

Les parents et l’École sont conjointement responsables de l’éducation des enfants – élèves. Un projet, mené au sein de l’école élémentaire Jean Moulin (REP+ Romain Rolland, Nîmes), cherche à donner une réalité à ce principe de coéducation en développant une politique d’ouverture de l’Ecole aux parents organisée selon 4 axes interdépendants : - Axe 1 : Favoriser la maîtrise de la langue française - Axe 2 : Rendre plus compréhensibles le sens et les enjeux de la scolarité - Axe 3 : Expliciter le fonctionnement de l’institution scolaire et ses attentes - Axe 4 : Favoriser la participation des parents à la vie de l’Ecole Il s’agit de renforcer le lien entre l’École et les Familles et de replacer l’Ecole au cœur d’un quartier en mettant en synergie l’ensemble des acteurs associatifs et institutionnels pour mieux lutter contre les inégalités et construire l’École de la réussite. Le dispositif recouvre un nombre importants d’actions relevant de programmes nationaux adaptés au contexte local grâce à des partenaires locaux. En effet, pour la mise en place du projet, l’équipe pédagogique s’appuie sur différents partenaires : le collège de secteur, le PRE (qui est intervenu pour quelques situations délicates), le REAAP, EPE, le délégué du Préfet, les associations de quartier qui proposent des ateliers sociolinguistiques dont l’IFAC LR – qui propose des parcours de sensibilisation et de prévention : « rapport aux nouvelles technologies » et « santé » aux élèves de l’école et qui anime, chaque semaine, l’ « espace parents » au sein de l’école. On note une véritable amélioration du climat scolaire (relations enseignants – élèves, élèves – élèves, parents – enseignants, enseignants – enseignants). L’équipe fait le pari que l’implication plus importante des parents dans la vie de l’école participe de la réussite des élèves. Au-delà d’un lieu d’apprentissage, l’école devient un lieu de vie au cœur du quartier.

Un outil pédagogique d’auto-formation : le théâtre-forum au service de l’Enseignement Moral et Civique
1er degré, académie de la Guadeloupe
Marie Villa, Chargée de mission Innovation 1er degré et Fabienne Uan, personne ressource académique théâtre au 1er degré - Mél : marie.villa@ac-guadeloupe.fr
Voir la présentation du projet dans le cadre des commissions / jury

Ce projet est né d’un constat faisant état des difficultés pour les enseignants à enseigner l’Instruction Civique et Morale (ICM), de la nécessité, compte tenu de ses enjeux, de réformer ce domaine disciplinaire à la rentrée 2015 et d’une actualité en cette rentrée 2015 qui ne peut que réaffirmer l’importance du rôle de l’école dans la formation de la personne et du citoyen en partageant et en faisant vivre les valeurs fondatrices et fédératrices de la République : liberté, égalité, solidarité, laïcité, respect, dignité et esprit de justice. Dans ce contexte, a été conçu un DVD-ROM d’auto-formation à la mise en œuvre du théâtre-forum au service de l’Enseignement Moral et Civique (EMC). Cet outil pédagogique s’adresse aux enseignants volontaires et à leurs élèves. A partir d’une activité pédagogique démocratique, laïque et contextualisée, il s’agira pour les enseignants de s’approprier ce domaine disciplinaire mais également de faire évoluer leur posture et leurs pratiques professionnelles. Dans la continuité, les élèves pourront identifier ce domaine disciplinaire et développer leurs compétences sociales et civiques ainsi que leur autonomie. Ce projet est mis en œuvre depuis septembre 2013 dans l’Académie de Guadeloupe. Il a donné lieu entre autre à une expérimentation pédagogique dans quatre classes de cycle 3, de modules de formation auprès d’enseignants et de formateurs, ainsi qu’à la réalisation de cet outil de formation audiovisuelle en partenariat avec Canopé Guadeloupe et la Mairie du Gosier. Pour les élèves, l’action a notamment permis une meilleure identification du domaine, des objectifs et des contenus de l’ICM et une acquisition des compétences sociales et civiques : respect de soi et des autres dans la différence, notion de droits et de devoirs, prise de parole et justification du point de vue, coopération entre pairs, connaissances théoriques de ce domaine disciplinaire (démocratie et notions liées, discriminations, maltraitance, harcèlement, violence etc.).

Autonomie et responsabilisation
Collège Aubrac, Doubs, académie de Besançon
Auteur : Aurélien Berthaut, enseignant de mathématiques.
Mél : Aurelien-Albert.berthaut@ac-besancon.fr
Consulter la fiche sur Expérithèque...

L’objectif principal du projet est de mieux responsabiliser les élèves en leur donnant des rôles et des responsabilités au sein du collège. En s’inspirant du principe du « peer support » l’aide entre pairs, très développé en Australie, comme au Québec, et à partir de l’expérience d’un collègue parti enseigner en Nouvelle Zélande une année, ce projet vise à responsabiliser les élèves dans les différents rôles qu’ils peuvent tenir au sein du collège et à leur donner les clefs pour acquérir de l’autonomie. Ce projet est décliné en 3 axes dont un axe de développement professionnel des enseignants afin de faire évoluer les pratiques vers davantage d’autonomie et de responsabilisation des élèves pour une meilleure réussite scolaire. En effet, grâce à l’observation de cours de collègues, à l’analyse de pratiques, ainsi qu’à des formations établissement, les enseignants développent des stratégies pour favoriser l’autonomie et la prise de responsabilité des élèves à l’intérieur des classes. De plus, par l’intermédiaire de la création d’un Conseil de Vie collégienne, les élèves se voient confier des responsabilités dans l’organisation de la vie au collège. Animation de clubs, surveillance d’espace du collège, participation aux prises de décisions sont autant d’aspects qui visent à responsabiliser les élèves acteurs du dispositif, comme ceux qui demeurent en dehors mais qui bénéficient des multiples activités mises en place. Un dispositif d’évaluation global de l’action est mis en œuvre avec enquêtes et entretiens. Globalement, le climat général est plus serein, les élèves de sixièmes ont moins la crainte des « grands », et les élèves tuteurs prolongent souvent leur rôle dans la cour de récréation, seul 37 % des élèves de sixièmes déclarent n’avoir eu aucun autres contacts avec les tuteurs en dehors de l’AP. Ce qui prouve que l’aide entre pair dépasse largement le cadre de l’accompagnement personnalisé.

La mise en scène de contes des origines (ou raconte-moi tes histoires et je te les dessinerai)
Collège Jean Zay, Lens, académie de Lille
Auteur : Nadège Riocreux - Mél : ce.0622418s@ac-lille.fr
Consulter la fiche sur Expérithèque...

Les élèves du dispositif UPE2A (unité pédagogique pour élèves allophones arrivants) viennent d’arriver en France. Ils sont originaires de différents pays. Le projet se porte sur des contes, plus précisément des contes des pays et régions d’origine des élèves en mettant principalement l’accent sur l’oralité de ces contes et leur transmission aux plus jeunes. L’objectif du projet est de permettre aux élèves primo-arrivant d’accéder plus facilement à notre langue et de mettre en scène un conte issu de leur origine tout en développant leur capacité à lire et à s’exprimer à l’oral et devant un public. L’action se compose de différentes étapes : une rencontre avec les élèves du dispositif en janvier (ces élèves vont venir se présenter et surtout présenter leurs pays d’origine en se munissant de documents, objet), une représentation de contes mis en scène par les élèves du dispositif aux élèves de maternelle, la réalisation par les élèves de maternelle d’un recueil de contes qu’ils vont offrir aux élèves du dispositif. L’action s’articule en quater périodes. Après une première période de mise en relation des élèves concernés par le projet une deuxième période est centrée sur le choix des 3 contes à travailler en classe (1 conte pour chaque pays d’origine : Afrique, Europe de l’Est et Maghreb). Une troisième période est dédiée au premier contact avec la phase de présentation : lecture et compréhension des contes, création du recueil, mise en scène des contes. Durant la quatrième période la représentation du conte est jouée par les élèves du dispositif auprès des élèves de maternelles. L’évaluation du dispositif est établie grâce à plusieurs critères qualitatifs : nombre d’élèves en difficulté en lecture - qualité de l’écoute des élèves - qualité du recueil de contes réalisé par les élèves - effet sur les pratiques enseignantes.

Projet de coopération et de coéducation au service de l’école du socle
Collège Emile Guillaumin, Cosne d’Allier, académie de Clermont-Ferrand
Auteur : Karen Grandremy, Professeur de Lettres modernes,
Mél : karen.grandremy@ac-clermont.fr

Le dispositif vise à renforcer les relations entre l’école et les parents dans un processus de coéducation. L’objectif est d’expliquer les attentes, de proposer des outils d’accompagnement qui favorisent les apprentissages scolaires et un suivi effectif à la maison. Il s’agit aussi d’améliorer la prise en charge des élèves autant sur le plan cognitif (apport méthodologique, remédiation, techniques d’apprentissage et de mémorisation et la pratique d’une pédagogie coopérative..), que sur le plan conatif (acquisitions de compétences psycho-sociales, connaissance et estime de soi et développement personnel). Trois classes de 6ème sont concernées, soit 79 élèves, par un faisceau d’actions, relevant de l’évaluation par compétences, de la remédiation différenciée et d’autres thématiques couvertes par des ateliers organisées plusieurs fois dans l’année : atelier mémorisation, atelier connaissance de soi et confiance en soi, atelier calcul mental, atelier aide aux devoirs… Ces actions sont menées en partenariat avec les parents qui sont informés et invités à participer aux actions : 38 familles sont volontaires pour assister aux cours et ateliers. Des effets bénéfiques sont constatés sur les acquis des élèves. La coopération entre pairs et le travail en îlot est un moyen pour les élèves d’apprendre et d’ancrer les apprentissages et de les rendre plus acteurs, plus responsables de leurs apprentissages. L’objectif pour eux n’est plus d’obtenir seulement une bonne note mais de comprendre et de trouver la réponse avec la possibilité de se tromper. C’est un moyen de faire face au problème des intelligences multiples et de la motivation : entraide lors des activités de travail en classe, conseil d’élèves, métiers d’élèves, autoévaluation individuelle ou en groupe…. Cela permet aussi de changer la position de l’élève face à ses résultats (ne plus avoir peur de se tromper ou de la note, l’esprit de compétition s’amenuise et renforcement de la cohésion du groupe classe…).