Vous êtes ici : Accueil > Boite à outils > Outils pour agir > Mini-entrepreneurs, Maxi motivation !
Publié : 23 septembre 2015

Mini-entrepreneurs, Maxi motivation !

Proposées depuis 7 ans dans notre académie, les mini-entreprises (ME) sont de plus en plus nombreuses chaque année.

Une pédagogie active tournée vers la réussite

Le concept de la mini-entreprise est fondé sur une pédagogie de projet au cours duquel l’élève est acteur. Dans le même temps, l’enseignant, associé le plus souvent à un collègue d’une autre discipline, travaille avec d’autres professionnels dans le cadre d’une mission éducative partagée. En effet, l’équipe pédagogique est accompagnée par un animateur spécialiste (issu de l’association agréé par l’académie Entreprendre Pour Apprendre Haute-Normandie, EPAHN) et, autant que possible, d’un parrain ou d’une marraine, dirigeant(e) ou cadre d’une entreprise partenaire.
Ce travail collectif s’appuie sur l’engagement choisi des acteurs qui vont créer et faire vivre une entreprise pour la durée de l’année scolaire. Il s’inscrit dans ce qu’on appelle aujourd’hui « l’éducation à l’entrepreneuriat ou à l’esprit d’entreprise ».

Un jeu de rôles à inscrire dans le « parcours Avenir »

Dès le début du projet, les collégiens, lycéens ou étudiants sont mis en situation de création. Il leur faut trouver, par un brain storming puis une étude de marché, le produit ou le service que la mini-entreprise va proposer à sa clientèle potentielle. Dans le même temps, ils doivent :
-  Prévoir les postes qui vont constituer l’organigramme de l’entreprise et recruter, parmi les élèves, les acteurs des différents services. Qui dit recrutement, dit lettre de motivation, CV et entretiens.
-  Choisir le nom de son entreprise, un slogan et un logo pour communiquer.
-  Déterminer la forme juridique et chercher à constituer son capital de départ, par la vente d’actions remboursables.

Un planning serré jusqu’au championnat régional

Rapidement, les mini-entrepreneurs doivent convoquer et animer l’assemblée générale de constitution de leur structure, puis trouver des fournisseurs. Il s’agit de produire et constituer un stock à vendre en vue du salon régional qui se tient à la foire internationale de Rouen, fin mars.
Au sein d’une des plus grandes foires commerciales de France, les jeunes vont vivre la journée de tout exposant professionnel avec un vrai stand, leurs vrais produits, et de vrais clients.

JPEG - 104.7 ko
Stand de mini-entrepreneurs

Ce salon est l’occasion de rencontrer les autres ME et d’évaluer les capacités commerciales ainsi que les aptitudes à communiquer des mini-entrepreneurs.
L’évaluation est complétée par la soutenance orale, mi mai, d’une présentation de leur mini-entreprise. Un jury, composé à part égale de représentants de l’école et de l’entreprise, désigne alors les champions régionaux par catégories qui participeront au concours national.

JPEG - 35.2 ko
Soutenance du projet

Enfin, au moins de juin, vient le temps du bilan, de la clôture des comptes et de la répartition des bénéfices.

Qu’est-ce qui fait courir les jeunes mini-entrepreneurs ?

Le succès des mini-entreprises réside très clairement dans la nouvelle répartition des attributions de chacun. L’élève est l’acteur principal. Le projet et les choix sont l’affaire de tous, et donc, de chacun. Les étapes de réalisation sont progressives et les rencontres programmées permettent de motiver, voire remotiver les équipes.
Tout au long de l’année, les jeunes sont considérés comme des mini-entrepreneurs ; les codes et les pratiques des entreprises sont appliqués et adaptés en respectant leur âge et leur vécu. Les élèves se sentent très valorisés par les professionnels qui leurs consacrent temps, attention, expertise et bienveillance.

Le succès repose sur la qualité des relations école entreprise

La réussite est fondée sur un équilibre constant volontairement établi dans les relations entre acteurs de l’école et du monde économique.
L’appui des membres d’EPAHN et d’un parrain ou une marraine d’entreprise est facilitateur et rassurant pour l’enseignant, pas toujours très à l’aise dans sa mission d’accompagnement. Pour les professeurs impulsant une ME, il est aussi possible de bénéficier d’un stage PAF de 3 jours répartis sur chaque trimestre.
Les professeurs observent massivement que les apports de cette expérience portent sur le savoir-être, l’assiduité, la motivation et la confiance en soi de tous les mini-entrepreneurs. De leur côté, les jeunes considèrent qu’ils sont plus motivés, responsables et proches de leurs professeurs. Ils se déclarent plus conscients de l’utilité des cours, plus courageux, plus solidaires et confiants pour leur première insertion professionnelle.

Une véritable préparation à la vie professionnelle

Le « parcours Avenir » est mis en œuvre dès septembre 2015 au collège et au lycée. Dans ce cadre, la mini-entreprise est un outil qui peut être investit par les équipes pour développer en interdisciplinarité esprit d’initiatives et compétences pour entreprendre. Il s’agit d’aider les jeunes à se familiariser avec le monde économique et professionnel.

Antoine Deliancourt, adjoint au DAFPIC, en charge des relations École Entreprise.
Contact

Consulter le site d’EPA Haute-Normandie ici